Le Regard Oblique

Author: Michel Serres, Giulio Paolini et Luciano Romano

Language: French, Italian, English

Specifications

Format: 27.5 X 35.5 cm

104 Pages

Le Regard Oblique

Ce livre de photographies de Luciano Romano se concentre sur un sujet d’architecture particulièrement emblématique : les escaliers, parfaite métaphore de l’action humaine qui consiste à transformer la nature et construire un monde à son image, à tendre vers l’absolu et la transcendance, à défier la loi de la gravité en partant de la pesanteur et de l’opacité de la pierre pour aller admirer la luminosité du ciel. L’escalier est le seuil du devenir, de l’ascèse, du progrès ; conçu pour assurer une liaison fonctionnelle entre les divers étages, il devient un intermédiaire entre les divers niveaux de la conscience ; le passage entre la matière et l’âme se manifeste dans l’alternance entre l’ombre et la lumière.
Trente-six photographies racontent ce processus de transfiguration, capturant le regard et le désorientant en un jeu combinatoire imprévisible entre la représentation géométrique du monde visible et la vision onirique. Les éléments de la réalité cèdent la place au vertige des sens, révélant des formes qui suivent un parcours hypnotique, des rampes qui s’enroulent vers une lueur éblouissante ou s’enfoncent dans l’obscurité d’un gouffre sans fond. Des espaces physiques qui renvoient à des états d’âme. Le texte de Michel Serres, aussi fascinant que les images, guide le lecteur dans le vertige de l’ascension ou de la descente, dans un parcours entre la géométrie, l’art, la musique et l’écriture.
Michel Serres, philosophe et épistémologue, professeur de philosophie et d’histoire des sciences à la Sorbonne, est également connu pour son enseignement à l’université de Stanford. Membre de l’Académie française, c’est l’un des plus grands intellectuels français d’aujourd’hui.
Giulio Paolini, représentant connu de l’Arte povera, il a exposé dans des musées et des galeries du monde entier. Il a été invité plusieurs fois à la Documenta de Kassel et à la Biennale de Venise. Dès ses débuts, il a accompagné son travail d’écrits et de livres d’artiste. Il a également créé quelques scénographies pour des productions théâtrales.
Le travail de Luciano Romano, centré sur la représentation de l’espace, figure dans de nombreuses collections publiques et privées, telle la collection de photographie du Museo Nazionale delle Arti del xxi secolo (MAXXI), à Rome, ou celle de la Robert Rauschenberg Foundation à New York. Il a obtenu le prix Atlante Italiano 003, décerné par le ministère de la Culture en collaboration avec la Triennale de Milan, et a été nommé pour le prix BMW-Paris Photo (Paris, Carrousel du Louvre, 2007). Il a exposé à la X biennale d’architecture de Venise, au musée MADRE de Naples, au MAXXI à Rome et à la Moscow Photobiennale 2014.