Karl generik

LE MONDE SELON KARL LAGERFELD

Un entretien avec Karl Lagerfeld est un exercice d'équilibriste. Il a le don de dévier le fil de la conversation d'un (bon) mot, de digresser sans cesse, de déconcerter son auditoire par des plaisanteries auxquelles il rit lui aussi. Un exercice de répartie, les siennes étant si lestes que l'on a intérêt à aiguiser sa langue et son esprit ; un exercice de cache cache , enfin car il n'est jamais là où on le cherche. On a beau faire le malin, le créateur le plus célèbre de la planête mode voit la manœuvre, esquive et s'en amuse. Les mots sont un rempart pour cet aristocrate né en Allemagne, devenu Français avec Chanel et Italien avec Fendi, dont il dessine la mode depuis respectivement vingt-trois et quarante et un ans. Mais le temps n'a pas de prise sur ce pape de l'éphémère. Quoiqu'on pense de l'homme au catogan enfariné, on ne peut qu'appaudir la constance de sa créativité. Couturier, photographe, éditeur, collectionneur (il préfère dire accumulateur), pas une minute ne s'écoule sans une nouvelle idée, comme celle de dessiner des tenues inédites pour nos hôtesses de l'air, qu'il imagine en jeans bleus siglés Air France. Il nous reçoit à la Lagerfeld Gallery, au beau milieu des essayages de sa prochaine collection personnelle pour l'été 2007. Anita sa première main depuis 1965, lui présente des retouches…

Extrait d'Air France magazine N° 113 / Septembre 2006
© autoportraits Karl Lagerfeld